Bandeau

Bandeau

mercredi 16 décembre 2015

In bilan dos Réugiounales 2015 au rega dos lingues reugiounales

Les Reugiounales 2015 se sont passées, alles ont mountré la calade et la défate do la manche, minme si ol pot dire queul a êté mouins dolorouse queul prévisue, la drette a gangné mouais è pas la vague blaue dou type dos municipales et dos départamintales do mar 2014 et mar 2015.
Le Frunt Natiounal a rimpourté aucane reugion, maugré la nausse dou liméro do votints in sa favor (6,8 millions do voués siye 200.000 voués do pus qu'au primier tou et 400.000 do pus qu'in 2012).
Infin les indépendintistes moudérés ont gangné in Corse.

Les lingues reugiounales ont pas fourçamint êté au cintre dos préouccupations, mouais alles ont êté eune actrice queul a counté dins ço screutin. Per çotte question, ol è oubligé do revinre sus le contesste do la voutation dou Seunat conte la Charte euroupéane dos lingues reugiounales et minouritares.

La Charte a êté refeusée in ouctobre, anprès eune voutation do la majourité do drette au Seunat, car ben trop mijon do reugiounalistes appertenont à l'insimbe dos dous partis principaus do drette : LR et l'UDI et la ligne è gloubalemint ou ben assez gloubalemint jacoubine. Çola a êté in cop pourté à ço coumbat queul permettrait aux lingues d'ête symbouliquemint recounaissues et d'aveire queques mouéyins in pus per pouveir le far. Çola a mettu certanemint in pourte-à-faus queuqu'in coume Marc Le Fur, candidat do la drette in Beurtagne.

Dou coûté do la manche, y avét ben Pou Molac, et d'autes deuputés soucialistes, écoulogistes et coumunistes qui défendont depis dos anhnées çotte cause in Chambe, totecops, y a fallu, queul Johan-Jacques Urvoas, rapourtor et principal rédactor do la loué, à l'Assimbliée Natiounale (persidint do la Coumission dos loués à la Chambe basse) tire la minche à Françoué Hollande per queul le tesste anprès la tintative in 2013, avourtée, revine sus l'escène. Le fat è queul le Parti Soucialiste, principal parti do manche è pas d'accourd, sus queulle ligne chouésir.
Peusque çola anounce, si ol va jeusqu'au bout, eune acceptation dou feudéralisme car eune lingue fourte pourtée per eune reugion fourte, suppouse eune vra dévoulution dos pouveirs aus reugions, eune partie d'entre eus, issus do l'Estat directemint. Ol va in sins contrare anvé le mantin do la coupe budgétare aux coulectivités territouriales sins créer l'autounomie fiscale per ços coulectivités.

Au final Gilles Siméoni, pourtor anvé l'ancian persidint do manche (Parti radical do manche), Pou Giacobbi do la co-ouficialité do la lingue corse, mâre do Bastia, dirigint dou mouvemint indépindiste moudéré « Femmu a Corsica » (Fasons la Corse) è l'essception queul counfirme la reugle. La défate do Johan-Jack Queyranne, qui a ôvré eune vra poulitique do recounaissince dos lingues reugiounales in Rhône-Alpes, è eune vra parte dins la repersintativité do çotte theumatique. Quant aus élus occitans, sol Patric Roux in Linguedoc-Roussillon-Maïdi-Pyrénées a êté élu.
Johan-Yves Le Drian qui a travaillé à la poulitique linguistique depis 2004 (ol aurait pouvu attinde eune poulitique pus oufinsive à ço seujet) a êté réélu brillamint dins sa triangulare (51%). Pou Molac sra sargé d'intinsifier la recounaissince et les davancées per le beurton et le gallo. La victouère et réélection do Françoué Bonneau va t-alle parmette l'émargince d'eune poulitique linguistique per le berrichon et les autes lingues d'oïl in reugion Cintre-Val do Louère ?

In tot cas, le deubat est désourmouais ôvert sus le rôule institeutiounal et le deugré d'autounomie dos reugions. Tint queul y aura pas ço levier, ço sra toujou ben coumpliqué per les lingues reugionales d'oubtinre eune vra assitée, au dlà minme do la recounaissince per la Charte. La proupousition do la loué vinue do la drette seunatouriale aboulit seuremint pas çot oubstaque.

mercredi 28 octobre 2015

Manif dou 24 ouctobre, anvé coume lingue counviée à "La Vie in parlure": l'alsacian. Manif dou 24 ouctobre


La lingue counviée espécialemint à "La Vie in parlure", l'alsacian. Per parler do la manifesation per la Charte euroupéane dos lingues (Tradeuction do moun artigue in berrichon)!!




D'r Traffpunkt isch gsin greschta sitter a lànga Zitt. Alle d' regionalistische ùn kulturale Verbendunge fér d'Promotion vùn d'regionale Schprochen, in Realität d'Müattarschprochen vùn unsrn Regionen.
Där grosse Verabreding hètt fér Zihl d'Abwehr d'Charte fér d' regionale ùn menderhaits Schprochen, d' bei s'Rächt (Les Républicains) verwarft hètt im Sénat. As hètt gegebt 15000 Personen in Montpellier (Verabreding vun d'r Pro-Oksitanisch), awwer 5000 in Nord-Baskenland ùn sogar Demonstrationen in d'r Elsàss, Lothringen, in d'r Bretagne,... ùn so wittersch

Jed'r hètt sine Fahne gehebt, als as isch so wechtig als d' frànzeesche. Jed'r hètt sine Identität. Dàs, verstah et net s'Rächt ùn sogar en Til vùn d'Linke. Circa 75% vùn d' Frànzosen, isch dàs mäschtisch, sin fér d'Charte. Eniger gewahlte Personen, als d'Cheffin vùn d' sozialischtische Liste in "Midi-Languedoc-Roussillon", Carole Delga (kén d'endlische Nämme) sin da gsin.

D'Charte=>Was isch as?
D' europäische Charte fér d' regionale ùn menderhaits Schprochen hètt 1992 gekommt, gschriwt bei s' Europa Rat. Där Charte hètt fér Zihl: 
-d' Menderhaiten um z'abwehra, spezial in Ost Europa, met vele ,,Nationale Menderhaiten"
-Oi d' Schprochen Nationen vùm West Europa um z'schetza
D'Charte isch en Kompromis: d'Staten, d kén autonomische System um z'wahla net willen, kàn dese nùmme s'Fàch ,,Promotion d'r regionaler Schprochen" àkritzla (ùn net dese ,,Forderungsbar Rächten fér d'Schproche in d'r Administration").
S'System : ,, A Land, meerere Systeme" komt us d' Aland Insele in Finnland, awwer met Schwedischschprochige Lit (d'Gsellschaft Vùn d'r Nationen hètt so ärschäfft 1920).
Dàs ärlàuiwt zu d'n Staten eene siesse Autonomie wia zùm Bischpeel Schottland ùn sin Parlament odr Catalogne mit sine ,,Generalitat" ùn grosse Promotion vùn katalanisch als eerschte Schproche, awwer kéne Unhàbhangigkait .
Nùmme Belgien, Bulgarien, Grischnland, d'Türkeei, Albanien, Eestland, Lattland, Lituen hann net untergschriwt. Frankrich, Italien ùn Mazedonien hann untergscriwt, awwer net bschtadigt.






So unter d'Forderungan gab as s'Gsätz fér a Regla ùn Stabilizierung d'r regionaler Schprochen ùn meer Medien. As gab gut ùn in d'r Tat ,,France Bleu Elsàss", awwer as kan ander ùn meer sin. Klar, d'Lit will oi d'Schulen fér Elsàssisch, Baskisch, ùn so wittersch...

Grande manifestation per les Lingues Régiounales ço sômedi darnier (24 ouctobre), dins tote la France : Pusieurs dizanes do milliers do parsounes dins les charrières!!


Le rindez-ous étét prés depis longtimps, de per totes les assouciations régiounalistes, culturales per la proumoution des lingues régiounales, in fat les lingues maternales et ouriginalles do noutes reugions.
Ço grand rassimbemint avét per busc la définse do la Charte dos Lingues Réugiounales et Minouritares, rejitée ier per la majourité de drette (LR) au Seunat. Ol a trévé 15000 parsounes per le grand rasimbemint occitan à Mountpellier, mouais itou 5000 in Payis Basque nord, dos rassimbemints in Alsace, Lourane, Beurtagne,... etc



Chaisquin avét sourti son drapiau régiounal, queul conte tot autint queul çoli do France per cause do queul lo mounde tint à soun idintité. Ol ço queul simble pas comprinre eune partie dos poulitiques, à drette, mouais itou dins eune partie do la manche (« la gauche »). Ol fau saveir queul près do 75% dos Françoués, ço queul è énourme, approuvont la disue Charte. Dos élus dos « grands partis » étiont présints dins le courteuge coume Mdame Delga, cheffe do file dou Parti Soucialiste per la Reugion nouviale « Maïdi-Linguedoc-Roussillon » (le nom deufinitif è pas inquère chouési).



La Charte, queul è ço ? =>La Charte euroupéane dos Lingues Réugiounales et Minouritares date do 1992 ; reudigée per le Counsille do l'Europe. Alle a per oubjectif do défindre dins los payis à minourités natiounales (=l'Europe do l'est principalemint mouais itou les Nations particularistes d'Europe do l'ouest (Galloués, Ecoussais, Basques, Catalans, Beurtons,...).
La Charte a êté in coumproumis pragmatique car les Estats ont avu le dret de chouésir s'ol fallét eune « autounomisation » ou ben pus simplemint in proucessus pus « feudéralisint » dolç (coume in Ecousse, veire in Catalougne, Corse per la France= Coullectivité Territouriale à Estatut espécial,...). In grous l'inspiration d' « In payis, pusieurs systèmes » invinté dins les Isles Aland suédouphones in Finlinde in 1920 queul a reuglé définitivemint tote vélléité d'indeupindince (Grâce à la Soucieuté Dos Nations, SDN). Ansi in payis coume la France a coché les cases « Proumoution publique dos lingues » et pas « Drets oupposabes aus loucutors ».
Sinon sols la Bialgique, la Beulgarie, la Grège, la Teurquie, l'Albanie, l'Estounie, la Lettounie, la Liteuanie coume payis anvé minourités ont pas seugné la disue Charte (L'Irlinde et le Pourtugal ont pas do vras minourités, mouais le gaélique et le mirindais sont recounnaissues coume lingues co-ouficiales).
La Macédouène, l'Italie et la France ont seugné mouais pas ratifié la Charte.



Voué parmi les revindications, çolles queul pouvét tréver dins l'espérit et les slougans dos gins : sole eune vra loué queul doune in estatut ouficial doune la garintie à la lingue d'ête utilisée publiquemint, inseugnée, proumue per la souciété coume lingue segounde. Y a pas prou do médias, ben-seur in lingues d'oïl, le parint pauve, mouais itou in arpitan (Reugion actuale Rhôune-Alpes, précisemint, le nord). In occitan è pas foulichon, y a ben eune télévision assouciative sus internet (Oc Télé) mouais trop mijon do chouses sus le Sarvice public. Do minme in beurton, basque, corse, catalan, les créoules, tahitien... Ptête l'essception est alsaciane anvé « France Bleu Elsàss » et inquère la lingue la pus vivace in Métroupole pard dou terran in coumparason anvé les Anhnées 70 (quan la joinesse périurbane et rurale parlét les deus lingues)



mercredi 16 septembre 2015

Le parler do Sante-Sévère sus Indre

Sante-Sévère sus Indre è eune coumune do l'esstrème sud do l'Indre, viladze do pus dos 800 (huit cint) habitins, à la limite entremis les départamints do l'Indre et do la Crose.
Ço viladze poussède eune certane reuputation internatiounale, per cause do queul ol a sarvi do décour in vra per le film do Jacques Tati "Jou do riotée" ("Jour de fête") in 1949 (Mille neuf cints quarinte neuf).
Sante-Sévère a êté à l'Aage Mitan, le sieuge do la signorie do la famille do Brousse (dont le famous Mareuchal do France Jouhan do Brousse ; in françoués: Jean de Brosse) vé la fin dou XIV° sègle (quatourzieume sègle) queul douminér itou le viladze d'Huriel in Bourbounnais et le viladze do Sant-Benêt/Sant Benouêt dou Sault dins l'Indre mouais histouriquemint in Marche. Pis insègue la loucalité passe dins les mans do la peussinte famille do Bourbon pis à la famille d'Ourléans.
Le viladze êtint dins le sector do La Chastre, la famousissime écrivane berrichoune George Sand a percourre les invirons et le viladze minme au XIX° sègle (dix-neuvieume sègle) et a retrinscrit ses impreussions dans l'ôvrage: "Virons autou d'in viladze" ("Promenades autour d'un village") in 1866 (Mille huit-cints sesante-sis).

Jules Ronjat, linguiste espécialiste do la lingue d'oc avét réalisé son inquête sus le Creissent, mouais è vra qu'ol a disu li-minme queul a êté rapide sus les délimitations, se parint pas dins tots les viladzes n'a pas pouvu douner à son estude la minme fource queul çalle do Tourtoulon et Bringuier queul se sont quasimint pas raibé in 1875 (Mille huit-cints septante cinq) per déchaber ço queul étét pouétevin-santongés et oc in Charinte. Ol avét djà visu dins in artigue do "La vie in parlure" queul la délimitation entremis oc et oïl laissét passer des errors (noutamint des payis tals qu'Harisson ou Le Montet sé-disints oc, alours qu'é-z-y sont tot plen oïl dins lo Boucage bourbounnais). Ço è do minme per Sante-Sévère, in effect, d'aucan piace pus Culan in zoune effectivemint Creissent oc, è ben, è pareuille per Sante-Sévère in varité (minme si dins Wikipédia in oc, Sante-Sévère est counsidéré "oc").
Ben-seur, coume le sud Berry et tot le Bourbounnais ont êté do lingue d'oc jeusqu'à l'achabemint dou XV° sègle (quinzieume sègle) et proubabemint certanes loucalités jeusqu'au XVI° sègle inclus, ol retrève plen do paroules et do noms do lioc-disus typiques dou Creissent d'oïl (car ço caracteure mélangé oïl/oc à doumininte oïl dou Berry sud et dou Bourbounnais nord et cintre fasont queul è itou in Creissent linguistique mouais pus oïl queul oc): "font", "bussière", ...etc coume ço pot veire dins çot artigue issu dou blogue "Nous en Boischaut sud" ("Nousautes in Bouéschaut sud", in berrichon): http://nous-en-boischaut-sud.over-blog.com/2014/05/le-nom-des-lieux-autour-de-ste-severe.html . Paroules et topounymes qu'ol retrève vé Sant-Amand, la Chastre et Cencoing.
Do pus, l'esscellint site dos "Anmis do la Torre" ("Les Amis de la Tour", site dos passiounés dou viladze do Sante-Sévère, queul è eune assouciation) monte ben queul le voucabulare et la conjugation empléyée è do type oïl/francisée, coume désourmouais à Culan: http://www.lesamisdelatour.info/index.php?z=45
Ansi sins tot marquer le voucabulare, on trève les mots "abernausir", fourme loucale d' "abernaudir" (= "se couvrir" per le cial, in francoués) , les tarmes "jaboté", "accoter", l' "oisille" (la vime ou l'ouési: "l'osier" en françoués), "ortruge"...etc dos tarmes espécifiques dou parler marchouésint d'oïl caracteuristique do tot le Berry sud, qui miye les paroules d'ourigine oc anvé les mots pus soulognots (l'effect Terracher: car è le parler soulognot queul a francisé le sud-berrichon/bourbounnais d'oïl, au cors do la Renaissince et dou XVII° sègle; i avés djà parlé de la différince linguistique entremis nord et sud Berry ; le nord définitivemint oïl depis les ourigines et in deça do la ligne Von Wartburg et le sud in dessous do çotte ligne queul délimitét autecops le doumane d'oïl et çoli d'oc). Et pas do mintion do conjugation en -ève per l'imperfat, typique dos parlers marchouésints d'oc. I a minme domindé au monssu queul s'oucupe do la partie "parler berrichon" dou site per in ête seur.
In revinche, per le cas de Sant-Benét do Sault, claremint, do part le fat queul la lingue au nord êtint le pouétevin-santongés (car dins les invirons dou Blanc, è pouétevin-santongés do lingue), pus la pertenince histourique dou viladze à la Marche, ol srait ben pus difficile dou counsidérer ço viladze coume oïl, tot coume Chantôme-Eguzon.

VOCABULARE
 viladze: village
la Crose: la Creuse
l'Aage Mitan: le Moyen-Age
famous: célèbre
se raiber: se tromper
se parer: s'arrêter
aucan: aucun
achabemint: fin
retréver: retrouver
sègle: siècle
artigue: article
miyer: mélanger
 entremis: entre


lundi 24 août 2015

Ma lette à François Bonneau, présidint do la Reugion Cintre-Val do Louère

" Monssu le Présidint Françouès Bonneau,

I ous escris per çotte missive, per ous parler do la lingue berrichoune (et dounc in cascade le torangiau, le gâtinais et le parcheron).
D'autes reugions talles queul Rhôune-Alpes ont reconnaissu coume lingues culturales reugiounales l'arpitan et la lingue d'oc, ou ben la Beurtagne in la preusince dou beurton et dou gallo, lingue d'oïl coume l'è le berrichon. Ço patrimouène histourique et cultural è in effect tot itou impourtint qu'in châtiau, eune tradition d'instrumints do musique (cormouère, vielle,...) ou des dinses traditiounales (bourrée,...) et ol è actualemint in dingier.
Ol srait vramint doumage queul disparaisse. Les lingues d'oïl sont ben dos "lingues" et non dos "dialectes" en relation au françouès. In effect les lingues d'oïl sont totes apparaissues in minme temps anprès 900 inviron et l'évoulution dou latin tardif in Francie. Le parisian (disu "francien") allét divinre le parler réyal, mouais êtint in parler coume les autes (berrichon, champenouès,...) du pouint do visue dou statut linguistique.
In linguistique, tote fourme différinciée per le voucabulare, la conjugason,... vot lingue. Le fat d'ête lingue correspond nécaisseremint pas à in idioume national official. Le linguiste universitare Monssu Léonard (Paris III) estime per le cas dou pouétevin-santongés queul è itou différint queul le pourtugoués face l'espagnoul.
La lingue berrichoune è la miyeus délimitée dins la Reugion Cintre-Val do Louère: ol estime queul mounte jeusqu'à Gien, s'étind jeusqu'à Roumorintin et la Niavre ligeuriane et è présinte dounc sus le Char et l'Indre. Sus le Sud-Cher (do Borges à Sant-Amand et do Borges à Cencoing) et le Sud-Indre (dou Bouèschaut indrien jeusqu'à Issoudin), la fourme dou berrichon è in réalité dou bourbounnais. Qui pus è le couin sud-ouest do l'Indre (Le Blanc, Arginton sus Crose) è djà eune zoune do lingue pouétevine-santongèse. In soundage do l'Institut des Estudes Occitanes a mountré réçamint queul 5% dos gins do l'Allier parlont bourbounnais d'oïl. Ol y douét ête sinsibemint aus minmes taus in Berry per le "berrichon-soulognot" (parlers dou nord Berry), le bourbounnais d'oïl et le pouétevin-santongés.
I ous dominde queul ous peussiez per la prouchane mindateure, établir in rappourt clar do la situation linguistique cintre-val-ligeuriane et à partir do dret-là, queul ous peussiez prouclamer le berrichon-soulognot, le bourbounnais, le pouétevin-santongés et les autes lingues, lingues culturales do la Reugion, anvé le françouès et désenlouper eune poulitique reugiounale linguistique (pédagougique et agide d'assouciations).

Dins l'apitemint do voute reuponse, voïllez receveir mes salutations respectuouses. "


vendredi 10 avril 2015

Berrichon et bourbounnais: perspectives per les élections régiounales

Les futeures élections régiounales in France auront lioc les 6 et 13 décimbre 2015.
Vouéyons veire queul pouvont ête les perspectives per les lingues régiounales dins stés élections:

-D'abourd rappelons queul ol va vouter per far élire les nouviaus counseuilles régiounaus dins les délimitations de la loué do décimbre 2014, queul vot dire per le berrichon, la région Centre queul chinge pas et la nouviale région Auvargne/Rhône-Alpes per le bourbounnais.

La région Centre a semblé oblier queul avét dos lingues régiounales (au liméro do quat': berrichon, mouais itou tourangiau, gâtinais/soulognot itou queul le pouétevin-santongés- région dou Blanc dins l'Indre). Y a jamouais eu do poulitique counçarnint les lingues régiounales, ni dins le recinsemint, ni dans l'attractivité touristique et inquère mouins dins eune poulitique do proumotion (coume la recounaissance de stés lingues coume 'lingues culturales' do la région, etc...) Fau dire queul y a pas vramint d'assouciations queul représentont stés lingues dans la région Centre, désourmouais appelé "Centre Val do Louère".

La région Rhône-Alpes a êté eune des pus actives in la matiare, alle a recounaissu la lingue d'oc et l'arpitan coume lingues régiounales, a fat in ôvrage do caractérisation de queul étét l'arpitan noutamint car mouins counaissu per le public, a financé des assouciations. Les lingues régiounales ont minme eu in vice-persidint (+ affares culturales). Ste région a rejointé la Beurtagne, Pouétou-Charintes, Midi-Pyrénées, l'Aquitane et ben-seur la Corse queul agissont depis pluiseurs décennies per la recounaissance des lingues régiounales coume phénoumène soucial, cultural et escolare.

La région Auvargne a seugné fin 2013 in accourd per far cooupérer les assouciations entremis alles, dins tot le Payis oc et financer davantage l'insaignemint de l'auvargnat oc. Mouais rin per le bourbounnais. Pertant, l'IEO (Institut d'Estudes Occitanes) avét fat in soundage sus les lingues régiounales dins la Région Auvargne et ol avét démountré queul prouche do 5% parlét bourbounnais (et 5% ansi per l'oc).

Les régions sont davant la devancie do:
-per la région Centre, d'entamer l'ôvrage sus la recounaissance des lingues régiounales dont le berrichon
-per la région Auvargne/Rhône-Alpes d'agider à instituer l'arpitan coume Lingue Vivinte Régiounale (dounc far preussion par qu'ol aye in CAPES d'arpitan, queul l'option siye recounaissue coume éproue vra), de counsoulider la lingue d'oc in Auvargne et le désenlouper in Delphinat et Ardeuche, itou queul far l'ôvrage do minme fat per l'arpitan au seujet dou bourbounnais.

lundi 6 avril 2015

Escrire dins la lingue berriaude et bourbonnichoune

I avés échingé sus les arantèles souciales sus le thème d' "escrire in parlure" , à proupos d'in salon dou live à Châtiauros (Indre, dit Bas Berry ancianemint). Le monssu m'avét gintemint répounu queul malhourusemint ol veyét pas coumint, queul public lirait des ôvrages in berrichon.
È pas faus queul solemint ou gaireben les parsounes aagées parlont le berrichon et le bourbounnais. I dé ête ben quasi in des sols "joines" à m'intéresser au dit "dialecte" ou "patoués" (queul in fat è eune lingue à part intiare). Ben-seur, i me rinds coumpte queul mon chtit ôvrage pot per cops susciter in mijon d'intérêt.
È per queul i as in tête la noution d' "escrire in parlure".
I avés fat des resarches et i avés trouvé queul cins autors autou dou XIX°sègle (dis-neuviame sègle) itou queul au XX° sègle ont rédigé dos lives, dos recoïlles do pouésie etc: Georges Blanchard, Jean-Louis Boncoeur, Camille Delamour (en giennoués, in fat dou nord-berrichon, dounc maï dou gâtinais-soulognot), Hugues Lapaire (in parler dou sud-Char, dounc dou sud-berrichon et bourbounnais) et Jacques Martel
... sustot in berrichon (et nivarnais) pus queul in bourbounnais (ptête queques dialougues in "patoués" dins les lives d'Emile Guillaumin). Evidamint la grande autore George Sand a escrit ses roumans champestres ("Françoués le Champi", "La ptite fadette"- fadette queul vot dire in berrichon "la ptite fade", "la petite fée" in françoués-) in s'inspirant do la lingue payisanne sud-berrichoune do la région do la Châtre (Indre). Y aura in artique sus George Sand dins ste blogue.
Coumint pas counceveire eune lingue, sustot euroupéenne sins littérateure, sins escrit do fiction, d'imagination? Coume do jeuste, la littérateure ourale a ben esisté pendint des sègles à travers les countes durint les assimblées noucturnes rassimblant joines et viaus, chtits et pus grands et le Berry ou le Bourbounnais sont pas esempts do légindes coume çalles des espérits des sagnes, dou boués, des sourcières ou ben des fonts magiques et garissouses.
Ol se retrouve d'ayoure des testes ancians in bourbounnais médiéval (testes administratifs dou XIII° sègle -treusiame sègle- et XIV° sègle -quatourziame sègle-), dounc nulle doutance queul le sud-berrichon et le bourbounnais sont eune langue et queul nousautres avons eune histouère do l'escrit
(contraremint à ço queul certans "espécialises" disont sus noute parler queul serait dou françoués difourmé ou ben jeuste eune fourme périphérique du francien! Nousautres soumes ben trop prouches do la limite anvé l'oc per pas aveire les espécificités noutes! Le sud-berrichon et le bourbounnais d'oïl sont ben des ancians parlers d'oc assimilés prougressivemint per l'oïl durint l'Aage Mitan per les founctiounares réaus).
Ço è per ste rason queul i a décidé do créer in blogue résarvé à l'escriteure in sud-berrichon et in bourbounnais, vouéci soun adresse: escrireinparlure.blogspot.fr

Vocabulare: 
-les arantèles souciales: les réseaux sociaux
-Châtiauros: Châteauroux
-gaireben : presque
-per cops: parfois
-recoïlle: recueuil
-giennoués: giennois (de Gien, Loiret)
-artique: article
-sègle: siècle
-sagne: marais
-font: fontaine

samedi 21 février 2015

"Bourbounnais d'oïl" et "bourbounnais d'oc"

Traditiounellemint, la prouvince dou Bourbounnais se divise in dos grandes zounes linguistiques: la zoune d'oïl et la zoune d'oc.
Ste division oblie déjà la présence do la lingue arpitane dins le payis de la Mountagne bourbounnaise (au moins la partie ourientale: Le Mayet do Montagne qui è "franc arpitan"; y se retrouve le minme type d'influence arpitane en payis oc d'Alvergne, probablemint moins forte dans la Mountagne thiernouése, la région do Thiers, coume le démountre le linguiste Dany Hadjadj).

Les linguistes en parlont depis tot le vingtième sègle, anvé la notion do Crouéssant/Creissant, dounc anvé des parlers oïl et oc aus influences mélangées, certans parlers estant pus oïl qu'oc (y se parlra do "marchoués d'oïl") et d'altres estant pus oc qu'oïl (y se parlra do "marchoués d'oc" et de minme i précise do "marchoués arvernisant d'oc", peusqueul y a dos marchoués à caractare limousinant dins le départemint do la Crose, dins lo nord, l'ouest et le sud, tandis queul l'est è sous influence alvergnate.

Les différences entremis les dos marchoués, qu'ola d'oïl et qu'ola d'oc sont pas très impourtantes (le vocabulare pourte dans les dos types do parlers in fort substrat oc et le marchoués d'oc a déjà pas mau esté oïlisé depis l'achabemint de l'Aage Mitan et minme le dis-septième sègle), totcops la conjugation è demourée marchouésante en payis d'oc avec des -ave coume "nousautres gardavons" au lioc do "nousautres gardons" (J'a écrit pas mau d'articles anvé do la conjugation marchouése), dos marques do l'infinitif en -"ar" ou -"a" au lioc de -"er".

Les autors Jean Bernard et Jean Chardonnet ont écrit aus éditions dos Cahiers Bourbounnais in Lexique du Parler bourbonnais, Le Bocage bourbonnais essentialemint foundée sus le parler dou Montet, coumune au sud de la zoune dou Boucage. Le vocabulare è semblabe aus parlers oïl de la zoune, in parler marchoués d'oïl, anvé in substrat d'oc, mouais anvé des termes identiques à ço queul retrouve pus au nord, des infinitifs en -"er", eune conjugation oïl anvé per essemple:
le verbe aveire/avouèr (imparfat)
J'avé
T'avé
O l'avé
N'avions
Vou'aviez
Y z'avions
Dounc aucan "I/J'avève".

Çola mountre ben queul la majore partie dou Boucage è oïl, mis à part les zounes bordant la riviare Char, car déjà in zoune marchouésante oc et eune ligne jeusqu'à 8 kiloumètres en d'sus Montluçon (Sant-Victor) allant do Montluçon à la limite Boucage/Soulogne bourbounnaise (nord-est dou Bourbounnais anvé grande ville, Molins), comprindant dounc Mountmarault. Le Montet è dounc pas in zoune oc coume l' y affirmons certans occitanistes.
La linguiste anvé la pus grande oeuvre queul a connaissue le Bourbounnais et le Berry dins la matiare, itou queul la Niavre ligériane (L'Atlas Linguistique dou Cintre, ALCe), Pierrette Dubuisson a démountré en publiant do 1971 à 1982, in tré voulumes. Alle a étudié et délimité la zoune oc et oïl, illeustrant queul l'oc avé reculé pus queul ne le penssïons les linguistes et notamint Jules Ronjat. Ol è vra queul entremis la Primière guerre et l'achabemint de la segonde, y a eu le temps d'eune accélération de l'oïlisation sus les marges des zounes oïl, ço queul a esté le cas.
Per le Montet, fource è do dire queul l'autor, originare de ste coumune, Jean Bernard naissu in 1924 a hirété directemint do ses parents, la fourme do parler. In effect les grandes vialles do sud (mouais ansi Molins): Montluçon, Vichy ont vu l'afflus do payisans vindus dou Boucage ou ben do la campagne soulognote bourbounnaise, ço queul a rinfourcé l'oïlisation diffuse depis l'anprès 1880 (et dounc anvé la Révoulution industriale).

Voué tré mappes dont le sordon è http://d-maps.com/ [la source des trois cartes est la suivante: http://d-maps.com/] . Alles expliquont et illeustront les propos do l'article.

-Primier mappe: le Boucage et la vision do la limite oc/oïl seguant certans occitanistes

-Deusième mappe: l'essemple de l'étude dou parler dou Montet mountre queul la majore partie sud-ouest n'est pas oc mouais oïl

 -Trouésième mappe: la limite actuale entremis oïl,oc et arpitan, anvé les résultats do la linguiste Pierrette Dubuisson

vendredi 20 février 2015

Queques chansons dou sud adaptées in berrichon-bourbounnais

La primiare chanson vint dou Limousin, et précisemint do la Crose, queul è eune région proche dou Berry et dou Bourbounnais. In effect, la lingue oc parlée dins ste chanson è le marchoués, queul è un parler intermédiare entremis les lingues d'oïl et d'oc.

"L'aute matin , i virounés
Tot le long dos ... Turlututu (bis)
Tot le long dos... Lolonlà Lalirète,
Tot le long dos bouéssons. (bis)

I a rincontré eune bargière 
Qui gardét alle ... Turlututu (bis)
Qui gardét alle ... Lolonlà Lalirète,
Qui gardét ses ptits oueillons.

 Tot doucemint, i m'sus approuché d'alle
Per li parler ... Turlututu (bis)
Per li parler ... Lolonlà Lalirète,
Per li parler d'amor. (bis)

Mon bon Monsu me disét alle
Qu'ous ne siyez pas ... Turlututu (bis)
Qu'ous ne siyez pas ...  Lolonlà Lalirète,
Qu'ous ne siyez pas mon bargier. (bis)

Mon bargier pourte pas d'espée
Ni do chapiau ... Turlututu (bis)
Ni do chapiau ... Lolonlà Lalirète,
Ni do chapiau  pouintu. (bis)

Mon bargier pourte eune chabrette
Queul è per me far ... Turlututu (bis)
Queul è per me far ... Lolonlà Lalirète,
Queul è per me far danser. (bis) "

 La dosième chanson è in chant traditiounal d'Alvergne do sud, retranscit in 1903 (mil neuf cint tré) per le compousitor cantalou Joseph Canteloube. Y se noume "Baïlèro", queul vot dire "mon char bailli", à cause queul in bailli è in mitenier responsabe d'in troupiau. Ço è eune chanson d'amor, car la narratrice, l'amorieuse dou bailli è séparée par la riviare in face do la couline lavou se trouve lo bailli.

"Pâtre do delà l'iau , as-tu gaire dou bon temps?
Dis le baïlleron min, ïlleron, ïlleron, ïlleron, ïlleron, baïlleron min!
Et en as-tu pas gaire, et dis toué? 
Baïlleron min, ïlleron, ïlleron, ïlleron, ïlleron, baïlleron min!

Pâtre, le prat fa dos flors , y fau
Garder ton troupiau!
Dis le baïlleron min, ïlleron, ïlleron, ïlleron, ïlleron, baïlleron min!
L'harbe è pu fine queul dins le prat d'aïci!
Baïlleron min, ïlleron, ïlleron, ïlleron, ïlleron, baïlleron min!

Pâtre, coumint pos-i être fors, in aval, moué, dou bial riot!
Dis le baïlleron min, ïlleron, ïlleron, ïlleron, ïlleron, baïlleron min!
Espare-moué, toué i vas te sarcher!
Baïlleron min , ïlleron, ïlleron, ïlleron, ïlleron, baïlleron min!"

La trouésième chanson è la famouse chanson des payis d'oc, pus au sud, "Se chanto",
ste chanson n'è pas répandue in Berry, Bourbounnais ni in Alvergne. Cependint, ste chanson d'amor
célabre l'amor dou payis dins lequel le mounde vit ("la ptite patrie") à travers le chant d'in osio.

"Dessous ma fenestre,
Y a in oseliot.
Tote la neut , ol chante
Ol chante pas per moué.

Refran: S'ol chante, queul chante.
Ol chante pas per moué.
Ol chante per ma mie
Qu'alle è louin do moué.

Stes biales mountagnes
Qui sont tant nautes
M'impêchons do veire
Lavou sont mes amors.

Refran: S'ol chante, queul chante.
Ol chante pas per moué.
Ol chante per ma mie
Qu'alle è louin do moué.

Nautes, alles sont ben nautes
Mouais s'abasserons
Et mes amors
Vers toué se virounneront 

Refran: S'ol chante, queul chante.
Ol chante pas per moué.
Ol chante per ma mie
Qu'alle è louin do moué.

Abassez-vous mountagnes,
Planes, levez-vous.
Per queul i pos veire
Lavou sont mes amors.

Refran: S'ol chante, queul chante.
Ol chante pas per moué.
Ol chante per ma mie
Qu'alle è louin do moué.

Stes biales mountagnes
Se rabasserons.
Et mes amorettes
Se raproucherons.

Refran: S'ol chante, queul chante.
Ol chante pas per moué.
Ol chante per ma mie
Qu'alle è louin do moué


La quatrième et darnière chanson se noume "Dis Jeannette":

"-Dis moué Jeannette,vos-tu te luger? Larrirette. (bis)
 -Non, ma mée, i vos me marier. Larrirette. (bis)

-Si tu vos in houme, y fau ben sarcher. Larrirette. (bis)
-I vos prinre in houme qui sache ben danser. Larrirette. (bis)"


 


 


 
 
 

 





 





 

 

 
 




 

vendredi 23 janvier 2015

Dou coumunaltarisme?

Dins le primier lioc, j'tins à souhaidier à vousautres, in bon an 2015 (do mil quinze), tot plen do bounhoure, d'affrisemint et do pourtemint.
Nousautres vindons do passer des senannes difficiles, anvé les attentats et les crimes perpétuats sus les parsounes dou jornal "Charlie Hebdo", dos pouliciers et des parsounes tuées prequeul juives uniquemint. Por boune fourtune, eune boune part dou payis s'è levé pre exprimer son fort et franc désacourd.

Ço por autant, eune part do l'intelligentsia è demouré claremint jacoubine et en démaurd pas, "ol fau se débarrasser do tots lô coumunaltarismes, queul siyont religieus, ethniques ou minme inquère régiounaus". Le "grand mau" è invoquat! Coume citoyen engagé, j'a ben seugu tots les débats queul ont oïu lioc à l'Assembliée Natiounale, sus la Réfourme Territouriale. La région Alsace a chabé d'estre intégrée à in grand ensembe, dont ol a pas inquère chouési le noum, "ALCA", "Grand Est" etc...

Dos réunions coume l'Alvergne et Rhoune-Alpes sont prou lougiques. Queul permettra por essemple au Bourbounnais do pouveir se déchaber coume intité particuliare dins ste nouvial ensembe, "AURA" ou "Auralpes". De minme, fort héreusemint, la région Cintre, oïmouais "Cintre Val do Louère" a esté préseurvée (Eune région Cintre-Pays do la Louère sins la Louère Atlantique beurtoune et la Vindée pouétevine aurét esté miyeure).

Ol s'ingénie à counvoquer lô-z essemples allemand ou italien, dins la matiare do l'ourganisation régiounale, mais in fat, ol persévare dins la re-cintralisation dou payis. Depis les loués Raffarin in 2003. In effect, l'autonomie financiare queul avève coumincé à rassimbler les régions administratives s'è mu in dépendance budgétare in relation anvé l'Estat cintral.

Por countinuer, noustres lingues régiounales sont tojorn tant désagridées et résumées à dou repli identitare. Ben-seur, ol existe dos partisans d'in régiounalisme poulitique autonomiste veire indépendantiste, voulant se séparer do la France, mouais fource è do counstater queul ste mounde è demouré ben minouritare et ne reparsente qu'eune part infime dos Françoués.
Ol, la pensée unique, estime queul de minme qu'anvé les lingues vindudes do l'immigration, ste bilinguisme dret-là è point valabe. Adounc queul sart tant ben per estre bilingue et queul los linguistes ont démountré queul queul siye le bilinguisme parmet ste déclic. Tot è question do valorisation.
La majourité disire solamint pouveir parler la lingue régiounale in maï d'anvé le françouès, l'apprinre, pouveir y chouésir à l'escole coume ouption, dounc pouveir estre bilingue et queul dis-i trilingue (anvé l'anglouès) et veire quadrilingue (anvé l'allemand, l'espagnoul ou l'italien).

"Ubi bene, ibi patria" (Cicéron)

VOCABULARE:
-lioc: lieu
-souhaidier: souhaiter
-affrisemint: réussite
-pourtemint: santé
-senanne: semaine
-démaudre: démordre
-seugu: suivi
-chabé: fini
-se déchaber: se définir
-oïmouais: désormais
-désagridé: inapprécié
-adounc queul: alors que
-queul queul siye: n'importe quel